Témoignage d'un veuf.‏

Mon épouse, Marie-France,était enceinte lorsqu'elle apprit qu'elle avait un cancer. Notre fils Nathanaël est né avant terme pour que les médecins puissent soigner ce qui était malade en son corps. Grace à Dieu,elle fut définitivement guérie quelques années après; mais les traitements l'avait rendue stérile. Nathanaël fut donc notre seul fils. Notre vie familiale fut une vie contrastée,faite de lumière et de joie,de zones d'ombre, de tendresse, de bien etre, d'erreurs,d'engagements communs,d'espoir et de désespoir,de luttes et d'abandon,une vie faite de richesse et de pauvreté où je n'ai pas toujours su trouver les mots justes, les mots d' amour attendus, rassurants, confiants en la vie.Engagé professionnellement, socialement, politiquement,ma vie chrétienne était au point mort,quasi inexistente. La messe le Dimanche et encore! Marie-France décèdera le 25 Septembre 2006 d'un autre cancer à l'age de 59 ans.Une épreuve difficile,douloureuse et un deuil à faire tout en continuant ma vie professionnelle et en assumant mes responsabilités de maire-adjoint.  Je découvrais la fraternité de la Résurrection en Juillet 2007. Ce fut un coup de foudre entre le Seigneur et moi. A Son appel"Viens,suis-moi"  je lui laissais prendre toute la place et je sus dès cet instant que je reviendrais.Je prenais ma retraite de cadre de la fonction publique hospitalière le 1er Janvier 2008.Je me rendis dans la fraternité de la Résurrection à Marcillac-Lanville en Charente plusieurs fois, tout en préparant mon fils et mes petits enfants à mon entrée dans la fraternité.La communauté chrétienne de Canteleu en Seine Maritime, mes amis de l'ACO que j'avais rejoints quelques années auparavant, portaient avec moi ce départ pour suivre le Christ et faire grandir en moi cet Amour de Dieu par une vie faite de simplicité et d'humilité en suivant la règle de St Benoit."Il y a de la joie dans le Ciel pour un pécheur qui se convertit"(Luc ch 15,1-10) et aussi:"venez partager ma joie,j'ai retrouvé ma brebis perdue"(Luc 15,5). Je me laissais conduire par l'Esprit-Saint.A Marcillac-Lanville, ce fut le temps du Postulat puis du Noviciat (1an)puis jour de fete et de joie que ce Dimanche 24 Octobre 2010 où je prononçais mes premiers vœux.Dans mon habit des frères de la Résurrection,je devenais, ce jour-là, pour les présents et les absents,un signe visible de la Résurrection du Christ et de son Amour infini.Mgr Bernard Charrier m'a ouvert le chemin pour une préparation au sacerdoce; il appartiendra à notre nouvel Eveque Mgr Francis Bestion de décider de mon ordination diaconale et sacerdotale. Tout ce parcours est vraiment un Grace de Dieu. Le Seigneur vient nous chercher très loin et nous appelle à le suivre.Il nous demande de laisser quelque chose et de lui faire confiance. Il s'occupera de tout. S'en remettre à Jésus, se mettre à sa suite,c'est entrer dans la voie de la plus grande liberté intérieure, c'est prendre le chemin qui conduit au Père. Ce"convertissez-vous" du Christ qui conduit au changement radical de vie; voilà ma nourriture spirituelle quotidienne sans oublier ma devise, je veux dire, celle de notre pape François que j'ai faite mienne :Misérando atque eligendo" en référence à Matthieu appelé par le Christ à le suivre:"Appelé parce que pardonné". Frère Servant Pierre-Marie. Dimanche 2 Février 2014 Fete des religieux du monde entier.

Témoignage d'un séparé.

En 1991,je perdais un fils de 15 ans,du cancer. Cette épreuve,ma femme et moi n'avons pu la surmonter ensemble, et la même année nous nous séparions.Je devais moi aussi faire un choix. Fidèle au sacrement de mariage,je n'ai jamais songé à me remarier.(sans pour autant condamner ceux qui le font).J'ai alors connu la fraternité de la Résurrection qui"accueille des hommes ayant subit l'épreuve dans leur vie conjugale mais qui entendent rester sous le regard de Dieu et avec l'aide de leurs frères, fidèles eux aussi au oui sacramentel dans l'espérance de la réconciliation"(constitutions n°7). Ce cheminement de réconciliation, je l'ai vécu et c'est avec l'accord de mon épouse et de mes enfants que j'ai pu entrer dans la fraternité de la Résurrection. C'est pour moi un état de vie que je vis avec plénitude:vie de prière,vie de relation et de contact avec le voisinage et la  paroisse et bien sûr avec ma famille et mes amis. Je sais gré à l'Eglise d'avoir accepté la fondation de cette fraternité et je sais gré à cette dernière de m'avoir accueilli."Ad majorem amorem". Pour un plus grand Amour.
Frère Dominique,fr. 2 Février 2014. Journée des religieux.

Frère Henri, Frère de la Résurrection.

Nous avons fêté le 9 dec dernier la fête de l'Immaculée Conception,et ce même jour nous étions en l'église d'Aix pour prier en sa mémoire.Ce n'est pas un hasard,car il était né en 1919 le jour de cette même fête,et il ne manquait jamais de le rappeler.
     Sa vie fut riche,toute au service du Seigneur.Né à Blois,il y fit toute ses études,prépara sa licence d'histoire et entra au grand séminaire en 1942. 1943 le vit ,comme tant d'autres,déporté du travail à Katowice (Pologne occupée) jusqu'en 1945.Il a laissé des lettres à sa famille et un précieux carnet de bord.Il entra ensuite chez les franciscains en 1945,et y prononça ses voeux solennels en 1949.Ordonné prêtre en  1951,il effectua plusieurs ministères:professeur,aumônier,curé.Relevé de ses voeux sur sa demande par le pape Paul VI en 1977,il put la même année se marier religieusement.Son foyer n'eut pas d'enfant mais il considéra toujours comme sienne la fille de sa femme née d'un premier mariage,et fut toujours proche de ses nièces dont l'une,Marie-Chantal était présente pour le dernier adieu.
     Il perdit son épouse en 1999 et dès l'année suivante,grâce à l'un de ses anciens élèves André Marchand (futur frère de la résurrection),il intégra notre fraternité née du veuvage 
(élargie depuis aux séparés-divorcés) ,joignant ainsi ses deux vocations,religieuse et conjugale.
     Je l'ai connu,ainsi que notre frère servant Pierre -Marie,comme maître des novices et il savait doser l'instruction et la psychologie.Il nous encourageait dans notre vocation et je lui dois beaucoup en ce qui concerne la mienne à laquelle il a toujours cru.
     Juste retour des choses: lorsque le prieuré de Lanville en Charente dut être fermé et que le frère Henri arriva à Aix en février 2012,c'est à moi que notre père fondateur Michel 
Crosson fit appel pour s'en occuper.La règle de St Benoît que nous suivons fait mention des anciens et des malades:on les sert comme le Christ,mais ceux ci "n'attristeront pas par d'abusives exigences les frères qui les servent."
     Notre frère Henri a pleinement appliqué cette règle;il fut toujours humble et docile d,un caractère joyeux et toujours égal.Ses forces déclinaient peu à peu ("ce que c'est que d'être vieux"!) mais il ne se plaignait pas et participa jusqu'au bout aux offices réguliers 
et même à sa mesure aux tâches communautaires.
     Ces derniers temps son mot favori qu'il tenait de l'abbé Pierre était:"Vivement la Rencontre".Il était prêt ("comme les scouts").Hospitalisé à plusieurs reprises,il fut admis à la maison de retraite de Merlines où il décéda le 4 décembre à 20h.Le dimanche 1er il avait reçu le sacrement des malades en s'unissant à la prière des frères.Le jour même de sa mort il pria de nouveau avec nous.Il s'est éteint dans la joie et la sérénité.Ce fut une "bonne mort",comme l'on disais jadis.
     Témoignage ultime de sa générosité:il a voulu léguer son corps à la science,c'est pourquoi ce dernier n'est pas présent  physiquement dans cette église.Mais son esprit est  bien avec nous et sans doute déjà auprès du Père.
     "Ne crains pas,toi qui as franchi la mort."
     "Ne crains pas,Dieu t'appelle par ton nom."
     "Il t'attend,il est avec toi éternellement."
          (Poème du frère Henri 7août 2000.)
     La Rencontre a eu lieu.
     Frère Dominique,Eglise d'Aix,le 9dec 2013.